Bonnes pratiques

En savoir plus
Partager
Dans une entreprise de ramassage des ordures, les ripeurs suivent un « système fini-parti » (une fois que les ordures ont été ramassées dans les rues qui leur sont attribuées, ils peuvent rentrer chez-eux, même si c’est avant l’heure). Ce système pousse les équipes à aller le plus vite possible pour gagner du temps libre (certains exercent une autre activité l’après-midi pour augmenter leurs revenus). L’employeur y voit plusieurs avantages : les rues sont encombrées moins longtemps, les augmentations de salaire peuvent être modérées et la paix sociale est garantie. Mais le nombre de TMS et d’accidents pour les salariés âgés est élevé. Pour aller plus vite, les équipes courent, sautent du marchepied en marche (d’où des chocs répétés sur les articulations et des risques de chute), remontent en marche (ce qui peut provoquer des douleurs aux coudes ou aux épaules lors de la saisie du garde-corps).
Une petite organisation d’aide à la jeunesse, qui propose des services d’aide sociale à des jeunes en difficulté, a constaté que ses travailleurs de plus de 50 ans étaient régulièrement absents et en arrêt pour des congés maladie de longue durée. Dans le but de retenir ces travailleurs expérimentés, un projet pilote a été élaboré en vue de redéfinir leurs rôles à l’aide d’une approche participative.
Une grande entreprise minière a constaté une hausse du taux d’absentéisme pour cause de maladie et des troubles musculo-squelettiques parmi ses salariés. L’entreprise a lancé un programme en vue de réduire les absences pour cause de maladie et l’incidence des troubles musculo-squelettiques (TMS) par le biais de la prévention. Le programme avait également pour objectif d’améliorer la santé des travailleurs par des activités de sensibilisation et de promotion de la santé.
Une petite organisation proposant des services d’aide aux familles a un personnel exclusivement féminin qui souffre d’un niveau élevé de stress et de surmenage compte tenu de l’importante charge émotionnelle du travail. Elle a dû trouver un moyen d’améliorer les conditions de travail afin de réduire la rotation du personnel.
Une société de services aéroportuaires compte 500 employés, dont la moitié travaille par équipes. Ces dernières années, l’entreprise a constaté que les absences pour cause de maladie et d’incapacité professionnelle étaient un problème croissant. Elle a lancé un programme en vue d’améliorer la santé générale et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée de ses travailleurs en adoptant une approche fondée sur le parcours de vie.
Une grande multinationale a lancé un programme de promotion de la santé en vue de créer des lieux de travail sains pour tous les âges. Elle a pris conscience que les travailleurs étaient motivés par différentes choses et a décidé de créer un programme qui convienne à chacun.